Accueil ::> Les enseignements ::> L’enseignement général ::> Espagnol ::> a. La salle de classe ::> La salle 303

La salle 303

samedi 1er septembre 2018, par F. JEANNE.

La salle 303 est la salle d’Espagnol. Située au 3e étage, comme les autres salles de langues, Anglais et allemand, elle accueille les élèves hispanisants.

Cette salle porte le nom de Pedro Almodovar ?
Mais qui est donc cet homme ?

Pedro Almodóvar Caballero est un réalisateur de cinéma espagnol, né en 1949 en Castille-Manche.Il est l’un des cinéastes emblématiques de la nouvelle vague espagnole.

Pedro Almodóvar fait ses études secondaires chez les Franciscains et fait du scoutisme. Vers 18 ans, il quitte sa maison seul pour s’installer à Madrid, sans argent et sans travail, mais avec un projet très concret : étudier le cinéma et en faire son métier. Il lui est impossible de s’inscrire à l’école officielle du cinéma puisque Franco vient juste de la fermer. Il survit grâce à divers petits métiers et s’achète sa première caméra Super 8 après avoir décroché un emploi à la Compagnie nationale de téléphone d’Espagne. Il y travaille douze ans comme employé de bureau. Le matin, à la Compagnie de téléphone, il apprend à connaître la classe moyenne espagnole qui vit les débuts de la société de consommation, avec ses grands drames et ses petites misères. Le soir et la nuit, il écrit, fait du théâtre avec la compagnie indépendante Los Goliardos et tourne des films en super 8.

En 1986, il fonde avec son frère Agustín Almodóvar la maison de production « El Deseo S.A. ». Celle-ci produit les dix films suivants écrits et dirigés par Pedro ainsi que des films d’autres jeunes réalisateurs. L’année 2003 sera l’une des meilleures pour « El Deseo S.A. ».
Bien que le jeune réalisateur soit beaucoup critiqué à ses débuts, le succès va croissant. C’est au loufoque et bariolé Femmes au bord de la crise de nerfs, récompensé par 5 Goyas du cinéma espagnol en 1989, qu’il doit sa notoriété internationale. Ses premiers films s’inspirent, tout en les parodiant, du style des bandes dessinées, feuilletons télévisés, romans policiers, romans-photos, magazines people, romans de gare et autres objets de culture populaire. Mêlant le banal et le spectaculaire, ils poussent généralement le spectateur à voir au-delà des apparences dans des comédies de mœurs aux intrigues foisonnantes et déjantées mais toujours efficaces. Il s’impose comme l’une des têtes de proue de la Movida espagnole. Talons aiguilles semble marquer un tournant dans sa carrière : tout en gardant son habituelle structure narrative, d’une extrême densité et préservant ses références à la culture populaire, le metteur en scène délaisse le kitsch et l’outrance pour explorer une difficile relation mère-fille et revisiter les codes du mélodrame.

En 1999, il surprend critique, public et profession avec l’émouvant Tout sur ma mère qui évoque le parcours d’une femme reconstruisant sa vie après la mort accidentelle de son fils. Dans cette veine, sort trois ans plus tard Parle avec elle, considéré par la critique comme son œuvre la plus mature et la plus aboutie.

Si Femmes au bord de la crise de nerfs (1988) lui vaut une renommée mondiale, Tout sur ma mère lui permet de remporter quelques-unes des récompenses cinématographiques internationales les plus prestigieuses tels l’Oscar 1999 et le César du meilleur film étranger, le Prix de la mise en scène à Cannes et les Goyas du meilleur film et du meilleur réalisateur.

Une de ses actrices favorites est Victoria Abril que certains de ses films ont imposée comme actrice majeure en France.

- Volver (2006) est également très bien reçu par la critique comme par le public. L’actrice principale en est Pénélope Cruz qui avait participé à la production d’En chair et en os et Tout sur ma mère. En 2008, Pedro Almodóvar tourne de nouveau avec Pénélope Cruz un film sur le cinéma et la jalousie : Étreintes brisées (Los Abrazos rotos). Le film est sorti sur les écrans français le 20 mai 2009.

En 2011, le film La piel que habito est présenté en sélection officielle au Festival de Cannes 2011. Ce nouveau film est une adaptation libre du roman français Mygale de Thierry Jonquet. C’est la deuxième fois que le réalisateur s’appuie sur une œuvre littéraire, après En chair et en os. En 2013, il revient à la comédie décalée qui l’a fait connaître à ses débuts avec Les Amants passagers.

Depuis plusieurs années, il fait partie des réalisateurs internationaux qui concilient succès populaire et cinéma d’auteur, anticonformisme et indépendance d’esprit avec des films très écrits, visuellement sophistiqués, toujours surprenants dans l’élaboration de leurs intrigues et qui restent malgré tout très appréciés du grand public.

D’après Wikipédia.